La rétro: X-Men: First Class (Ciné)

Coucou les Bigronautes!

Et ben voilà, ça y est, j’ai encore enrichi ma culture cinématographique en regardant le dernier né des X-Men, et ça y est aussi, je suis amoureuse… Quelle surprise me direz-vous… 🙂

La vraie surprise, en fait, c’est que j’aie autant aimé ce film, que j’avais pourtant décidé de boycotter au cinéma et ce malgré le casting. Où était passée ma cervelle, je vous le demande…

Spoilers alert, si jamais. 😉

X-Men First Class, prequel de la trilogie originale, se penche sur la genèse des X-Men. Charles Xavier, futur Professeur X, vient tout juste d’être diplômé d’Oxford lorsqu’il est, ainsi que sa soeur adoptive Raven, engagé par la C.I.A. Un dangereux mutant, Sebastian Shaw, menace les USA. En parallèle, le jeune Erik Lensherr effectue une quête personnelle pour retrouver celui qui l’a torturé à Auschwitz et qui a tué sa mère…

a1

« Keuwa? Qu’ouï-je? Jason Flemyng va jouer dans le dernier X-Men? Nan mais sérieux? Naaaan! Je vais le voir! » fut ma première réaction face au film. Première car ensuite, manque de pot, j’ai raté le film au ciné et ai donc dû mortellement patienter pour le regarder en streaming, dans une version si possible moins crade que le celle que j’avais trouvée du dernier Harry Potter

Vous aurez donc déjà saisi toute l’attention que je porte à la franchise, puisque mon envie de film se résume à une envie de voir tel acteur se dandiner dans tel rôle… La faute en incombe à X-Men: The Last Stand, qui m’avait donné envie de refiler des baffes à la Terre entière et à Bryan Singer en premier…

Or, ici, les acteurs qui se dandinent me donnaient déjà envie de mater le film, jugez plutôt: Kevin Bacon, le gars qui a une tête de vilain tout plein et que pourtant personnellement j’adore; James McAvoy, tête de mannequin avec « mouvement des doigts » super stylisé et tellement parfait dans n’importe quel film que ça commence à friser l’indécence; Michael Fassbender, que tout le monde semble kiffer depuis Inglorious Basterds (eurk du Tarantino); et bien sûr « mon » Jason, « mon » acteur anglais super génial que j’aime trop. Mais à cet instant-là, j’ignorais totalement qui il allait jouer. Grossière erreur! Après l’événement Choc des Titans, j’aurais dû me douter qu’il ne se contenterait pas de parler ou de se battre, mais qu’il kifferait surtout ne ressembler à rien – dans le genre, Acrisios ressemblait vraiment à quedalle.

a1

Or bref, tout commence donc avec ce cher Kevin Bacon (me demandez pas pourquoi mais ce gars est trop canon) qui parle allemand (gros zarbi) à petit Magneto, et qui bute sa mère tout gentiment (alors que moi je me disais « ouais rigole elle est pas morte »). Un démarrage sur le ton du drame, puisque Erik est quand même enfermé dans le pire camp qui ait jamais existé (les négationnistes dans la salle, barrez-vous avant que je ne vous attrape), Auschwitz. J’aurais des envies de vengeance à moins que ça…

Puis James McAvoy entre en piste, en train de boire, grosse surprise de voir le nunuche Charles Xavier dans cet état (c’est quand même un personnage méga-chiant quand il est vieux). Pis on a une belle vue sur la canonitude de Mystique « au naturel » et on apprend du même coup que c’est la soeur adoptive de Charles (nan mais t’as vu ça où toi?). J’avoue que ce twist dans l’histoire est assez surprenant quand on a eu l’habitude de voir Mystique aux côtés d’Erik sans aucune justification. Du coup, le destin de Raven en devient encore plus dramatique à mon sens. Car on doit lui remettre ça, Charles l’aime vraiment.

a1

Mais bon, mention spéciale à « mon » Jason Flemyng qui est tout rouge, qui a une foutue queue de diablo et qui a un méchant accent russe, mais que j’aime vers l’infini et au-delà et qui au moins a pas touché à ses yeux bleus de dingue (heureusement pcq sinon aucun moyen de le reconnaître). Je confirme donc là le proverbe qui dit qu’un « Jason Flemyng non déformé par maquillage est un Jason Flemyng qui ne s’aime pas ». Oh, Danny Quinn, où est donc ta sexitude? Et pour les novices dans la salle, je rajouterai que, canoniquement, Azazel est le père de Kurt, Diablo donc, que l’on entraperçoit dans X-Men 2. Et que sa mère…c’est Raven. Voilà.

En bref, très bon film les enfants, à voir absolument et surtout ne pas se laisser fooler par les résultats plus que discutables des trois films précédents… Mais alors là vraaaaaiment pas! On efface tout et on recommence! Et si la suite ne casse pas du boudin, j’y comprends rien!

Note: 8/10 (scénario: 6/10 – jeu: 9/10 (foutue January Jones!) – BO: 9/10 – effets spéciaux: 10/10)

8 commentaires sur “La rétro: X-Men: First Class (Ciné)

  1. Ping : Le cinéma, une passion dévorante? «

  2. Ping : Top Five Movies Addiction: les préférés «

  3. Ping : TFMA #1 « If I had a heart I could love you  | «Bigreblog

  4. Ping : On fait peau neuve! [1] | Bigreblog

  5. Ping : TFMA #12 « The truth is: I am Iron Man.  | Bigreblog «

  6. Ping : Why did it work? X-Men First Class (Ciné) – Bigreblog

  7. Ping : TFMA #105 « One hundred percent love… » – Bigreblog

  8. Ping : What’s your name? Michael Fassbender – Bigreblog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :