La rétro: The Last Samurai (Ciné)

Bijour tout l’monde! Oui, aujourd’hui, je me mets en mode rétro, parce que je ne sais toujours pas bouger mes fesses au ciné, que j’attends Madagascar 3 avec trop d’impatience, et que les images de both War horse et Avengers hantent encore mes nuits.

Pour éviter donc de vous faner avec un énième article parlant de mes lubies du moment et dont vous n’aurez strictement rien à faire, voici ma première rétro du jour, consacrée à mon film préféré de tous les temps, j’ai nommé The Last Samurai. Préparez les mouchoirs.

Évidemment, nous sommes sur une rétro, c’est donc plein de spoilers! 😛

Le Capitaine Nathan Algren, rescapé de Little Big Horn, est engagé par l’armée japonaise pour entrainer ses troupes. L’ennemi? Un chef de guerre samurai nommé Katsumoto Moritso. Au détour d’une bataille qui se solde par un échec cuisant pour les armées impériales, Algren est fait prisonnier par les samurais et apprend dès lors leur culture…et l’honneur.

Le Dernier Samurai, c’est probablement le film où j’aime le plus Tom Cruise. Top Gun, c’est bien, mais après trente visionnages, t’en as un peu ras-la-croute. Bref, le Tommy, ici, tient pour moi son rôle le plus travaillé et by far le plus charismatique, aux côtés de ce cher Ethan Hunt.

Ce que j’ai préféré dans le scénario? Le fait que Nathan devienne samurai contre toute attente. Le barbare devenant donc le civilisé, la civilisation devenant d’une pure barbarie. Quel beau message, seigneur!

Ce qui est le plus beau, dans ce film, c’est donc le message. Outre le pouvoir plus que puissant d’Edward Zwick pour dénoncer les bêtises d’un monde qui s’industrialise et qui se rapproche dangereusement de la Première Guerre, je suis sortie du cinéma avec une sacrée envie de retourner en arrière et de devenir, non pas samourai puisque je suis une femme, mais au moins son épouse. Car les femmes, loin d’être traitées comme de la soupe en boite, sont respectées dans leur travail d’éducation de la future relève.

Calme et classe incarnées…

Bien entendu, ce qui coupe la chique itou, ce sont les paysages. Le Japon, c’est une putain de carte postale. Tout comme la langue d’ailleurs. Vous remarquerez en visionnant ce film que, loin de la barbarie du japonais d’aujourd’hui, celui-là avait le sacré don de « chanter », un peu comme l’italien. Ou alors c’est juste le pouvoir de Ken Watanabe.

Et que dire de cette bande-son? Ayant vu le film une bonne vingtaine de fois (quand on en veut au monde, regardons ça, ça calme bien), je peux dire, rien qu’en écoutant la musique (encore une fois servie par ce maitre qu’est Hans Zimmer, et pour d’autres exemples, référez-vous à ceci), je peux dire ce qui se passe à l’écran. Et donc, les larmes finissent inlassablement par couler. On dit que pleurer c’est thérapeutique. Eh bien, le Dernier Samurai, c’est une putain de thérapie.

Enfin, petit mot sur le casting, toujours aux hauts lieux de la classe internationale. Tom Cruise, sublimissime dans tous les sens du terme; Ken Watanabe, qui s’est enfin fait connaitre grâce à ce film et à qui je lève mon verre pour avoir joué cela au sortir d’une leucémie; Hiroyuki Sanada, spécialiste des rôles de samourai, qui nous offre un Ujio sublime, archétype même des préjugés erronés; Billy Connelly qui, avec son sale accent habituel, nous tape une classe violente avant de s’éclipser avec Classe et Distinction (ses deux meilleurs potes); et enfin un Timothy Spall en grande forme dans le rôle de Graham, l’interprète, qui fait le lien entre les deux civilisations et qui, en fait, est notre narrateur.

Bref, mes petits amis, je trouve qu’une vie cinéphile n’est pas vécue tant que l’on a pas pleuré sur la tombe de cette civilisation méconnue et pourtant magnifique. Au même titre que cette saloperie de chef-d’oeuvre qu’est la Liste de Schindler, le Dernier Samurai vous donnera envie de donner des claques au monde. Et accessoirement, vous fera voir la vie autrement. Avec un peu de chance, à chaque visionnage, vous ferez comme moi. Vous serez samurai pendant quelques jours, oubliant que ce monde est un trou perdu et que c’était bien mieux avant. Mais pour ça, il y a aussi Midnight in Paris.

Note: 9,75/10 (scénario: 9/10jeu: 10/10 (eh oui, ça arrivait déjà en 2004)BO: 10/10reconstitution: 10/10)

a1

 

13 commentaires sur “La rétro: The Last Samurai (Ciné)

  1. Ping : Top Five Movies Addiction: les préférés «

  2. Ping : Top Five Movies Addiction: Laissez-moi pleurer en paix! «

  3. Ping : TFMA #1 « If I had a heart I could love you  | «Bigreblog

  4. Ping : Scandal (TV) | Bigreblog

  5. Ping : Ca tourne en boucle! [12] | Bigreblog

  6. Ping : Ça tourne en boucle! [17] | Bigreblog

  7. Ping : TFMA #36 « Mutant and proud  | Bigreblog «

  8. Ping : 30 Day Movie Challenge: Jour 1 | Bigreblog

  9. Ping : On fait peau neuve! [10] – Bigreblog

  10. Ping : TFMA #105 « One hundred percent love… » – Bigreblog

  11. Ping : TFMA #210 « One hundred percent love…2.0. » – Bigreblog

  12. Ping : What’s your name? Hans Zimmer – Bigreblog

  13. Ping : Tag Favourite Characters: I feel the need, the need for speed! – Bigreblog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :