Rush (Ciné)

Hello la compagnie!

Aujourd’hui, on va parler de l’une de mes passions d’enfance, mais aussi, beaucoup, en onomatopées. Oui, parce que le film dont je vous parle dans un instant est de ceux que je pourrais regarder en boucle, tant il est parfait de bout en bout, et pourtant beaucoup trop sous-estimé mon gout.

Et ce film, c’est Rush.

Review garantie sans spoilers!

Synopsis

La rivalité entre deux pilotes de courses, James Hunt, l’Anglais, et Niki Lauda, l’Autrichien, dans les années 70, va les amener au tournant de leur carrière. Au fur et à mesure que la saison avance, les deux rivaux se poussent mutuellement dans les courses, quitte à mettre leur vie sans cesse en danger. Jusqu’à la fameuse course du Nürburgring en Allemagne, la course la plus dangereuse du circuit.

RUSH

Pole position

Je n’arriverai sans doute pas à transcrire en détails les émotions qui me passent par le corps et le cœur quand je regarde Rush. Mais pour essayer quand même, il faut que je commence par le début.

Quand j’étais gamine, entre environ mes 6 ans et, disons, mes 15 ans, j’étais fan de Formule 1. Je regardais les courses tous les dimanches sans me lasser de voir des voitures tourner en rond pendant trois heures. J’avais mes coureurs préférés, ceux que j’avais vu rouler (comme Schumacher ou Raïkonnen), mais aussi ceux qui avaient déjà pris leur retraite et qui pour moi étaient quand même des légendes, tel un certain Niki Lauda.

Niki Lauda pour lequel j’avais déjà un sacré faible quand j’étais gamine, donc…et cela ne s’est pas arrangé après le film.

Car Niki était plus qu’un grand coureur automobile. C’était un homme qui s’est fait tout seul, malgré les conventions, malgré le bon vouloir de sa famille très conservatrice. C’est un homme qui, malgré les épreuves de la vie, s’est toujours relevé, comme le badass qu’il était.

Et c’était aussi un petit merdeux. Donc, merci Ron de l’avoir mis en lumière. ❤

En gros, quand je suis allée voir Rush, je savais que j’allais apprécier, ne fût-ce que parce que mon chouchou était le héros de l’histoire.

Mais j’ai été prise au jeu, tout simplement. Prise dans le tourbillon des courses dans les années 70, sans les sécurités que l’on connait aujourd’hui. Prise dans l’émotion, dans le stress, dans le suspense. Prise dans cette rivalité malsaine et pourtant respectueuse entre deux hommes qui brulaient la vie par les deux bouts.

J’ai été happée par le film, tout simplement.

a1

Et cela, je le dois en grande partie à Ron Howard, qui filme tout cela d’une main de maitre, épaulé par un casting qui aurait dû être nommé aux Oscars (je mâche mes mots) et par une B.O. une fois encore plus que magistrale composée par ni plus ni moins que le Kaiser.

Rush, c’est ma madeleine de Proust. Je le regarde encore et encore et encore sans jamais me lasser, et ce, malgré le fait que personne n’en parle jamais.

I am sorrow.

I’m not German, I’m Austrian!

Allez, parlons casting.

Mené de but en blanc par mon chaton Daniel Brühl (Inglorious Basterds)qui démontre une fois encore le talent qu’il possède dans son petit doigt en incarnant un Niki Lauda plus vrai et plus attachant que nature. J’aurais aimé qu’il soit reconnu par ses pairs, mais ce n’est pas la première ni la dernière fois qu’il sera snobé… J’enrage encore.

Il est secondé par un Chris Hemsworth (Thor) en forme dans les chaussettes de James Hunt. Je ne l’aurai jamais vu jouer aussi bien de sa carrière. Un rôle de composition, sans doute, mais notre Aussie préféré serait-il plus à l’aise dans les biopics? A creuser…

a1

Tous deux ont pour camarades de jeu Pierfrancesco Favino (Angels and Demons); Olivia Wilde (Time Out); Natalie Dormer (Game of Thrones); Julian Rhind-Tutt (Bridget Jones’ Baby) ou encore Alexandra Maria Lara (The King’s Man).

Mais personne n’arrive à la cheville de leur reproduction extraordinaire de deux hommes qui ne l’étaient pas moins. Et la ressemblance est frappante.

Les vrais. Cherchez l’erreur qui n’est pas…

Bref, les amis, je pense avoir dit ce qu’il fallait pour vous vendre cette beauté de film. Alors, certes, aimer les voitures et les courses automobiles aide, mais ce n’est pas nécessaire pour apprécier a masterpiece, alors filez!

Notes

Bigregirl: 9,75/10

Rotten Tomatoes: 8,9/10

Allôciné: 8,6/10

Note moyenne: 9/10

Bandes annonces

Fiche technique

Titre: Rush

Réalisateur: Ron Howard

Scénariste: Peter Morgan

Producteurs: Andrew Eaton, Eric Fellner, Brian Oliver, Peter Morgan, Brian Grazer, Ron Howard

Société de distribution: Universal Pictures

Musique: Hans Zimmer

Durée: 123 minutes

Rating: R (interdit aux moins de 16 ans)

Langue originale: Anglais

a1

Sources

Rotten Tomatoes

Allôciné

9 commentaires sur “Rush (Ciné)

  1. Je suis dégoûtée que ce film ne soit pas sorti ici ! Du coup j’attends qu’il soit dispo en téléchargement. Parce que je voulais aller le voir avec Boss (mon beau père) parce que la F1 (et les sports mécaniques en général) c’est un peu une religion à la maison. Contente en tous cas qu’il soit aussi bien !

    J’aime

    • Thor n’était pas sorti dans ma province non plus, je me souviens avoir hurlé pendant des jours (et voyons ce que le film a donné afterwards) donc je connais. 😉

      Mais sérieux, même si on n’est pas fans des bagnoles (mais je le suis, complètement même), c’est un chef-d’oeuvre. 😉

      J’aime

  2. Ping : Le défi des 100 films: octobre | Bigreblog

  3. Ping : Ma review 2013 | Bigreblog

  4. Ping : On fait peau neuve! [36] – Bigreblog

  5. Ping : La review des films 2014 (Ciné) – Bigreblog

  6. Ping : Solo: A Star Wars Story (Ciné) – Bigreblog

  7. Ping : What’s your name? Hans Zimmer – Bigreblog

  8. Ping : TFMA #323 « Epic music makes everything epic-er » – Bigreblog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :