Humans (TV)

« Nan mais je rêve! Un article série! » s’emballeront les gens du fond.

Eh oui, mes chers Nautes. Après des mois d’absence, mon Challenge Séries est revenu en force et est donc revenu sous les traits d’une série de science-fiction de peu d’épisodes mais de beaucoup de caractère. Je suis d’ailleurs déçue que la saison deux de Humans se fasse attendre, même si elle devrait m’arranger au niveau challengien de la chose.

Je ne spoile rien! 😉

Dans un futur plus ou moins proche, nos tâches quotidiennes sont largement simplifiées par la présence parmi nous de « synth », des robots à apparence humaine. Il ne leur manque rien, sauf peut-être les émotions qui nous rendent vraiment humains. Lorsque la famille des Hawkins s’offre un synth, bientôt prénommé Anita, ils ne se doutent pas que des robots aux sentiments humains existent bel et bien…

a1

Humans est peut-être adaptée de la série suédoise Real Humans, j’ai trouvé que le postulat se prêtait particulièrement bien à l’Angleterre pour une raison que j’ignore. Sauf peut-être si je m’avoue à moi-même avoir été monstrueusement appâtée par le casting. Ce que je ne ferai pas.

La grande force de cette série, comme de la plupart des supports qui parlent de la robotique et de ses « dérives » probables, c’est donc son côté éthico-psychologique. Impossible pour le spectateur de prendre parti en se disant que les synth ne sont « que » des machines. Impossible aussi de se dire qu’ils sont réellement humains. Et c’est cela précisément que la série évoque.

D’un côté, les synth « inertes », ceux qui n’auront jamais de sentiments humains, mais auxquels on s’accroche quand même par translation. De l’autre, les synth « conscients » qui ne seront jamais acceptés dans la société à cause du débat qu’ils provoqueraient.

Et puis, okay, y a un casting de malade, aussi. XD

Anita est donc incarnée par Gemma Chan, que je ne connaissais pas avant mais qui a sans doute dû faire un travail assez conséquent sur sa manière de se mouvoir, qui est en effet assez saccadée pour qu’on y croie totalement.

Même chose pour Emily Berrington, qui incarne Niska, une synth consciente qui malgré sa volonté d’être reconnue comme telle se heurte à son propre comportement qui la rend très…inhumaine.

Je n’avais plus revu Katherine Parkinson depuis The IT Crowd, et si ici son rôle de Laura, mère mal dans sa peau qui vit très mal l’arrivée d’un robot dans sa famille, est bien plus dramatique que celui de Jen la fausse geek, je n’en ai trouvé son jeu que meilleur…

Bonheur aussi de retrouver Ruth Bradley des années après son rôle d’Emily Merchant dans Primeval. Elle est toujours aussi percutante…

Et surtout, bonheur intégral de revoir Monsieur William Hurt, dont le personnage de vieux scientifique attaché à son synth qui lui sert de mémoire est on ne peut plus attachant. Je noterai que le synth en question est incarné, lui, par Will Tudor, que l’on connait en Olyvar, tenancier intérimaire de Palais des Mille Fleurs dans Game of Thrones.

Mais surtout, surtout, Humans m’a appâtée grâce à un regard bleu et des oreilles d’elfe que je n’avais plus vues depuis beaucoup trop longtemps (si on ne compte pas The Fall et je ne la compte pas). Colin Morgan, mon Merlin adoré, mon elfe trognon chéri, cet enfant qui m’émeut dès qu’il parle tellement il joue admirablement… Je pense que je vais réclamer un BAFTA. 😉 ❤

a2

Bref, les enfants, si vous aimez la sci-fi, si ça ne vous dérange pas de vous poser des questions sur le futur de notre monde, Humans est vraiment faite pour vous. Une série vraiment exceptionnelle.

Note: 9/10

challenge séries

Cette série fait partie de mon Challenge Séries 2016

2 réflexions sur “Humans (TV)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s