Rogue One: A Star Wars Story (Ciné)

Bonjour les amis!

Je sais que je me suis faite rare ces derniers jours sur le blog, notamment pour nos rendez-vous habituels. Vous m’en pardonnerez assez vite, j’ai eu une semaine assez chaotique dont vous entendrez assez parler comme ça dans les prochains jours. XD

En attendant, la petite famille est allée se planter devant le nouvel opus de notre saga intergalactique préférée, un spin-off au casting impressionnant se déroulant quelques mois avant l’Episode IV.

Verdict sans spoilers et sans langue de bois!

Jyn Erso s’est faite toute seule. Lorsqu’elle était enfant, elle a vu son père Galen être enlevé par l’Empire afin de construire leur arme absolue, l’Etoile de la Mort. Des années plus tard, elle est approchée par l’Alliance Rebelle, qui souhaite qu’elle les aide à voler les plans de cette fameuse arme…

a1

Quand j’ai appris qu’une spin-off allait être tournée sur le sujet des espions grâce à qui mon Luke adoré bousille la Death Star, j’ai été dubitative puis plutôt contente. C’est vrai qu’après la géniale Clone Wars entre les Episodes II et III, il nous en manquait bien un entre III et IV. Et dorénavant, je suis contente de pouvoir faire un marathon des neuf films (en comptant donc Clone Wars et Episode VII) en gardant une certaine cohérence.

Première qualité de Rogue One? Elle donne donc envie de se faire un marathon et, encore plus, de revoir A New Hope fissa. Je ne vais pas tarder je pense.

Par contre, il est aussi malheureusement pour lui jonché de défauts. J’ai été très déçue par cet aspect « cohérence à tout prix » qui a fait que la première moitié du film est expédiée et franchement pas chouette à regarder. Les personnages sont à peine esquissés, de très bons acteurs sont à peine utilisés, et les private jokes d’abord fraiches se décrépissent au fur et à mesure du film.

Dont la seconde moitié, par contre, tient du très bon film d’action et du très bon film d’action Star Wars de surcroît.

Bon, sinon, on en parle de ces acteurs sous-utilisés?

Felicity Jones est l’une de mes chouchoutes made in UK. Je l’ai découverte dans la mini-série Northanger Abbey il y a des années, et l’ai retrouvée avec grand plaisir dans The theory of everything avec mon autre bébé UK, Eddie Redmayne. Mais ici, Jyn a beau nous être présentée comme une forte tête, je n’en vois pas trop l’utilité, et elle est carrément effacée alors qu’elle est notre héroïne. Bravo le scénar.

Diego Luna subit le même traitement. Son Cassian Andor est sans doute un personnage plus complexe qu’il n’y parait, on le voit, mais il disparait derrière sa belle gueule la plupart du temps. Soit dit en passant, ça m’a fait plaisir de le retrouver des années après Le Terminal. ❤

Ben Mendelsohn est complètement à la ramasse en Director Krennic (j’aurais préféré qu’il joue Thrawn tiens); et le summum du summum se situe dans mon aimé Mads Mikkelsen utilisé comme de la soupe en boite pour la DEUXIÈME FOIS cette année! 😡 Nan mais après Dr Strange je pensais qu’on arrêterait de le payer à rien faire, mais en fait non. FAITES CHIER!

A part ça, il y en a quand même qui s’en sortent plutôt pas mal. K2, le droïde comic relief du film (il en faut toujours un apparemment) est voicé et motion capturé par Alan Tudyk, abonné Disney depuis Frozen, et est franchement un rayon de soleil dans ce désert de chiantitude.

De même que les vieux de la vieille, en les personnes de Mon Mothma et Bail Organa, à qui je lance des fleurs et des cœurs parce que. ❤

Ah oui, il y a un autre vieux de la vieille qui réapparait. C’est une très belle surprise technologique, et l’un des meilleurs personnages du film, paradoxalement… XD

J’en profiterai donc pour citer celui qui selon moi s’est vu offrir le meilleur traitement alors qu’il est secondaire de chez: Chirrut Îmwe, un Force-sensitive aveugle interprété avec humour et badasserie par Ip Man himself, Donnie Yen. Un personnage plus badass que le reste de son escouade réunie. Cherchez l’erreur.

a2

(En même temps dès que je vois du kung-fu je me sens plus…)

Bref, de la déception, beaucoup de déception pour ce film qui aura, mine de rien, l’avantage de me permettre un marathon agréable. Et donc, de boucher les trous.

Ils aiment ça, chez Disney.

Note: 6,75/10 (scénario: 5/10 (franchement on se croirait dans un épisode de Star Wars Rebels) jeu: 7/10 (qui est payé à rien faire? TOUT LE MONDE!)BO: 8/10 (ça ça fait toujours plaisir)Star Wars spirit: 7/10)

a1

3 réflexions sur “Rogue One: A Star Wars Story (Ciné)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s