La rétro: Braveheart (Ciné)

Coucou les gens!

Je vous avais promis quelques rétros pour terminer l’année, et en voici donc encore une! Mon choix d’aujourd’hui s’est donc tourné vers un film qui sera très prochainement « continué » in a way par une sortie Netflix dont on a déjà parlé, Outlaw King.

Je voulais donc papoter de Braveheart avec vous, parce que c’est un excellent film malgré quelques défauts, et que de toute façon c’est comme ça et c’est tout. 😛

Attention, je spoile!

Fin XIIIe siècle. L’Écosse est désormais sous le joug des Anglais et de leur roi, Edward Ier « Longshanks ». Sous son règne, les Anglais se voient offrir quelques privilèges, dont le droit de cuissage. William Wallace, un jeune Écossais dont la famille a été massacrée par les armées du roi, épouse en secret son amie d’enfance, Murron. Mais lorsque celle-ci est exécutée en place publique pour avoir refusé les avances d’un soldat anglais, William décide de se révolter, et emmène avec lui une véritable armée…

a3

Braveheart fait partie des films que j’adorais regarder enfant sans pour autant en comprendre la signification. J’ai donc été hyper heureuse que le Bro annonce ne pas s’en souvenir pour pouvoir trouver une excuse pour le revoir. En VO siouplé.

J’ai été aussi ravie que la première fois. 🙂

Il faut dire que l’Histoire d’Écosse est un sujet que j’ai toujours aimé étudier, et ces dernières années, nombres sont les séries et/ou longs métrages qui remettent les pendules à l’heure et prouvent que les Anglais ont été de gros enfoirés pendant pas mal de siècles…

Alors okay, il y a des anachronismes flagrants, l’utilisation des kilts deux siècles trop tôt, celle de peintures pictes qui n’ont plus raison d’être et un manque certain d’étude des armes utilisées à l’époque, mais j’ai décidé de plus me focaliser sur l’histoire que sur les défauts. XD

Il faut dire que sans ça, je défonçais l’accent de Mel Gibson au burin, et la Marceau avec. 😛

Ce qui est intéressant dans Braveheart, c’est aussi de rencontrer des personnages historiques importants pour la suite mais qui gardent leur part de mystère, comme un certain Robert the Bruce, d’abord allié de William, ensuite son ennemi, et ensuite de nouveau son allié.

Ce Robert the Bruce deviendra plus tard Robert Ier, roi d’Écosse, après avoir guerroyé pour reprendre son droit au trône. Et on en reparlera quand Outlaw King sera sorti. XD

a4

Bref, j’aime beaucoup Braveheart et ce malgré l’intrigue complètement inutile qui entoure la princesse Isabelle. Parce qu’on aurait très bien pu accepter que Wallace reste fidèle à la mémoire de sa femme sans pour autant le voir coucher avec la belle Française (qui en plus après est enceinte, wow le suspense à la con).

Ah oui, et la scène d’exécution de Wallace? Magnifiquement filmée et proposée, car oui, les enfants, la sentence pour haute-trahison en ces temps-là c’était donc être pendu, écartelé et éviscéré. Vivant. Voilà voilà. Bon appétit.

Allez, parlons casting.

Mel Gibson a fait partie des acteurs très présents pendant mon enfance, et on peut dire ce qu’on veut sur sa vie personnelle (parce que c’est un gros con), mais il était quand même vachement doué. Voilà.

FREEDOOOOOM!

a2

A ses côtés se trouvent donc, dans le désordre, Sophie Marceau (eurk); Angus Macfadyen; Patrick McGoohan; James Cosmo (Lord Commander Mormont hello); Brian Cox; Alun Armstrong ou encore David O’Hara (Runcorn dans Harry Potter), parfait en Irlandais cinglé.

Me reste donc à citer mon beau-père en place privilégiée, parce que ce film marque la première fois que j’ai vu Brendan Gleeson sur grand écran, et depuis, sa famille et moi, on s’entend bien, très bien même. 😀

Bref, Braveheart est jonché de défauts, mais la partie d’Histoire qu’il raconte est pleine de messages encore aujourd’hui. Une pépite à voir et à revoir! 🙂

Note: 6,75/10 (scénario: 6/10jeu: 7/10BO: 6/10Histoire: 8/10)

a1

2 commentaires sur “La rétro: Braveheart (Ciné)

  1. J’ai vu le film pour la 1ère fois l’année dernière et je l’ai énormément aimé. Le seul hic c’est que j’ai trouvé que Mel Gibson était vraiment trop vieux pour le rôle (du moins au début). Impossible de me faire croire que son personnage avait entre 20 et 30 ans donc ça m’a un peu gênée. Mais tout le reste était très bien.

    J’aime

  2. Ping : Outlaw King (Ciné) – Bigreblog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :