La rétro: Hook (Ciné)

Bonjour la blogo!

J’aurais pu commencer cet article avec un pun, appeler ça « Bangarang! » ou « On s’envole » ou autre référence inutile, puisque de toute façon, je sais que vous êtes tous fans du film dont on va parler ajd. 😉

Ajd, on discute Peter Pan, Captain Hook, et Hook tout court, le tout, en spoilant. 😛

Synopsis

Peter Banning est un avocat comblé, époux et père heureux, jusqu’au soir où ses enfants Jack et Maggie sont kidnappés. Pour simple note, un crochet. Et c’est là que Peter apprend l’histoire invraisemblable d’une vie durant laquelle il aurait été Peter Pan

a2
source

Mon avis

1991, année de ma naissance. Année où Steven Spielberg décide de se poser un soir et de se demander ce qui se serait passé si Peter Pan avait quitté Neverland et avait grandi.

Sa réponse? Un film plein de fantaisie, de nostalgie et de beaux moments, tantôt drôle, tantôt tragicomique, tantôt carrément triste. Pas sans défauts, ceci dit, mais commençons par les bons points. 😉

Bons points: en tant qu’adulte, regarder Hook a un gout particulier qu’il n’a pas lorsqu’on le regarde enfant. Peter a grandi, a un travail, une famille, ses responsabilités sont ses enfants et ce qui leur arrive. Sa relation conflictuelle avec son fils Jack arrive souvent, un père absent qui se consacre à sa carrière et en oublie les bons moments…

Et Peter perd de son stoïcisme au fur et à mesure, réapprend à apprivoiser sa part d’enfant qu’il avait perdue. Il fait des batailles de bouffes, chante, se bat, vole… Belle allégorie de l’enfance (que James Matthew Barrie n’avait pas prévue dans son livre qui est sacrément dark).

Autre bon point: Hook se targue de parler plus du grand méchant, le Captain Hook, de sa haine chronique pour Peter et de sa vie pourtant pas super enviable. Pour témoin: la scène où il pense se suicider et change d’avis par Mouche interposé.

a3
source

Mais…parce qu’il faut bien un mais…les gosses…sont…insupportables.

Non vraiment. A chaque fois que je regarde le film, je n’arrive pas à m’empêcher de vouloir que Peter rentre sans eux. Entre l’ainé hyper égoïste et con et la cadette qui gueule en ultrasons (et sa chanson…oh bordel…tuez-la…), j’en peux plus. 😡

Et c’est vrai que, lorsqu’on a lu le roman, les différences fondamentales piquent un peu les yeux…

Heureusement qu’il y a donc: le casting!

Casting

Peter Pan, évidemment, est incarné par mon Dieu de mon enfance, celui qui n’a jamais manqué de me faire pleurer des décennies durant, celui qui me manque terriblement, Robin Williams. Il est d’une poésie qu’il n’égalera plus que dans Patch Adams et Bicentenary Man… ❤

Le Captain Hook a lui les traits de Dustin Hoffman, parfait dans ce rôle de cinglé à la moustache qui frise. 🙂

Il est secondé, en Mouche, par Bob Hoskins (le regretté Bob Hoskins); et on retrouve également Maggie Smith et Julia Roberts en Wendy Darling et Tinkerbell.

Sans oublier Dante Basco, ce cher Rufio dont toutes les filles ont un jour été amoureuses… XD

a1
source

Conclusion et trailer

Bref, Hook est un film qui rappelle l’enfance, qui rend nostalgique, et qui nous fait aimer l’un des pires méchants de la littérature enfantine. 🙂

Merci Steven!

Note: 7/10 (scénario: 8/10 jeu: 8/10BO: 7/10adaptation: 5/10)

a4
source

4 commentaires sur “La rétro: Hook (Ciné)

  1. Ping : TFMA #210 « One hundred percent love…2.0. » – Bigreblog

  2. Ping : What’s your name? Céline Monsarrat – Bigreblog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :