La rétro: Rencontre avec Joe Black (Ciné)

Hello les amis!

Non, vous ne rêvez pas, revoici une rétro, et cette fois-ci, je vais parler d’un film des années 90, mais aussi et surtout d’un film qui a fait chialer les minettes dès sa sortie.

Alors merci Netflix de m’avoir permis de revoir Rencontre avec Joe Black pour la première fois depuis des lunes, ça m’a fait un bien fou! Et je spoile! 😛

Synopsis

Le milliardaire Bill Parrish s’apprête à fêter ses 65 ans. Pourtant, loin de profiter de la vie, il repousse sans le vouloir l’affection de ses deux filles, Allison et Susan. Un jour, pourtant, un jeune homme étrange arrive chez lui, et se présente comme étant la Faucheuse

a3

Rencontre avec Sir Anthony Hopkins

Rencontre avec Joe Black, c’est donc la Mort qui, curieuse de la vie de ces petits humains qu’elle fauche régulièrement, décide de faire un pacte avec un père. Lui laisser le temps de dire au revoir à ses filles; et lui apprendre ce que font les gens « normaux ».

Au départ, on pourrait croire que cette idée est faussement intelligente, sauf que, grâce aux interprètes principaux et au tempo du film, ça fonctionne.

Ça fonctionne tellement qu’à la fin, on ne peut s’empêcher de verser sa petite larmichette. Pour Bill, pour ses filles, mais aussi, oui, pour Joe. Parce que la Mort peut elle aussi tomber amoureuse…

a2

Pourtant, on ne va pas se mentir: le côté romantique est parfois trop téléphoné et simpliste, quel que soit le talent de ses interprètes et la logique derrière la scène. Que Joe et Susan tombent amoureux, ça sert l’intrigue. Qu’ils couchent ensemble, passe encore (le seul but étant de montrer les abdos de Brad?). Mais que le « vrai » jeune homme revienne à la fin, c’est complètement dommage. Les fins malheureuses, parfois, c’est bien aussi, hein. 😛

I am Death…

Reparlons donc de ce casting.

Porté presqu’entièrement par un immense Sir Anthony Hopkins, au maximum de sa forme et au sommet de son art. Avec ce regard bleu perçant parfait qu’il gardera, quelques mois plus tard, pour un certain Mask of Zorro. 😉

Porté aussi par celui que je n’ai pourtant jamais vraiment apprécié, un éphèbe nommé Brad Pitt, qui, cette fois, arrive à me faire oublier ses good looks et talents discutables en incarnant un personnage tendre, naïf et innocent comme un bébé. Choupi.

Ils sont accompagnés par Claire Forlani, qui est trop rare à mon gout car à chaque fois que je la vois je la trouve parfaite de justesse.

a4

Bref, porté par trois acteurs magnifiques, Meet Joe Black est une madeleine de Proust qui fait du bien par où elle passe…..et qui a très bien vieilli! 😀

Note: 7,75/10 (scénario: 7/10 jeu: 9/10BO: 6/10drame: 9/10)

a5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :