What’s your name? Michael Sheen

Bonjour mes petits anges!

Aujourd’hui dans mon article biographie, je tiens une promesse faite à June il y a quelques jours, celle de complètement craquer mon slip et d’utiliser beaucoup BEAUCOUP de Caps Lock pour vous présenter l’artiste du jour.

Un artiste que j’aime depuis des années. Dont j’aime la voix, le regard, le talent, et surtout, LE PUTAIN DE NEZ EN TROMPETTE.

Bon, dites-moi, vous le connaissez, Michael Sheen, quand même? 😛

Michael Sheen, né à Newport au Pays de Galles en 1969, est un ange acteur gallois.

a1

Les débuts

D’abord intéressé par le football, Michael est repéré par l’équipe jeunes d’Arsenal lorsqu’il a 12 ans. Ses parents refusent de déménager à Londres, mais leur fils ne leur en voudra pas, car les chances de percer dans le milieu pour lui restaient minces.

A la place, il s’inscrit au Youth Theater de sa région. Après ses études secondaires au collège de Port Talbot, ville à laquelle il reste très attaché, il décide de partir dans la capitale étudier la comédie à la Royal Academy of Drama Arts. Il obtient une bourse pendant sa deuxième année d’études, et obtient son diplôme en 1991.

Le réalisateur Sam Mendes décrit Michael Sheen comme une « créature de scène ». Comme Sir Anthony Hopkins ou Richard Burton, eux aussi gallois, il le décrit comme « sanguin, passionné et imprévisible ».

Dès 1991 et pendant la grande majorité des années 90, Michael se consacre donc au théâtre, jouant dans des dizaines de productions variées, n’hésitant pas à varier le ton, les rôles, jouant de la sexualité de ses personnages de manière tout à fait naturelle. Il joue alors aux côtés d’acteurs renommés comme Frances de la Tour; Stephen Fry; Kenneth Branagh; Rhys Ifans; Helen McCrory ou encore Kate Beckinsale, sa future compagne.

En 1998 et 1999, il incarne Mozart dans une production d’Amadeus.

Enfin…

En 2003, Stephen Fry, avec qui il avait joué dans Oscar Wilde, lui offre l’un des rôles principaux dans son premier film en tant que réalisateur, Bright Young Things. Michael y incarne Miles Maitland, un aristocrate gay. Les critiques encensent sa prestation, considérant même que le film sous-utilise ses talents. NO SHIT SHERLOCK.

La même année, dans un registre totalement différent, il incarne le loup-garou Lucian dans Underworld, et Lord Oliver de Vannes, le méchant aux BOUCLETTES SO CUTE JE SUIS CALME dans Timeline.

Toujours en 2003, Michael retourne sur les planches pour incarner Caligula dans une prestation que certains qualifieront de « extrêmement physique », asseyant le fait qu’il utilise plus que souvent son corps pour construire la personnalité d’un personnage.

Tout en jouant l’empereur romain, il se voit offrir le rôle de Tony Blair dans The Deal, qui traite de sa relation avec son successeur, Gordon Brown. Il retrouvera le rôle trois ans plus tard.

En 2004, il joue dans Dirty Filthy Love, une série qui parle d’un homme atteint de TOC et du Syndrome de Tourette. Il est nominé aux BAFTAs pour ce rôle. La même année, il crée un rockeur ressemblant à s’y méprendre à Billie Joe Armstrong des Green Day pour Laws of Attraction.

Partout, il est partout…

Après un rôle plus que secondaire (et pas sympa) dans Kingdom of Heaven de Ridley Scott, Michael se fait ENFIN remarquer à Hollywood pour son incarnation, une fois de plus, du Premier Ministre anglais Tony Blair dans le film The Queen, qui traite cette fois des conséquences du décès de la Princesse Diana. Il est nommé aux BAFTAs dans la catégorie Meilleur second rôle masculin pour le film.

C’est la deuxième fois que Michael incarne le PM. Il a avoué récemment que dès qu’il entend sa voix ou le voit à la télévision désormais, il a presque l’impression d’entendre ou voir un membre de sa famille ou une vieille casserole de sa jeunesse à lui.

Cette année-là, on peut également le voir dans Blood Diamond; H.G. Wells: War with the World; ou encore Ancient Rome: The Fall of an Empire, dans laquelle il interprète un autre empereur fou, Néron. Je tiens d’ailleurs à dire que c’est l’un de ses meilleurs rôles et c’est très très chelou d’aimer autant un empereur aussi salaud. YOUR FAULT MICHAEL!

En 2008, il incarne cette fois David Frost dans le film Frost/Nixon, rôle qui l’avait déjà occupé sur les planches l’année précédente.

L’année suivante, il joue dans The Damned United, film qui parle de sa passion d’enfance: le football, et plus précisément la malédiction du club de Leeds. Les critiques citent souvent Brian Clough comme étant le meilleur rôle de toute la carrière de Michael au cinéma.

Toujours en 2009, il reprend le rôle de Lucian dans Underworld: Rise of the Lycans, préquelle du premier opus; et incarne le vampire Aro dans Twilight: New Moon. Plusieurs journalistes diront de cette dernière prestation comme étant le seul bon point du film, allant même jusqu’à dire que « les jeunes acteurs semblent se dire: c’est ça, bien jouer? Ça a l’air compliqué ». Non mais LOL.

2010s

Par la suite, on le verra dans TRON: Legacy, pour lequel il avoue avoir été « payé pour faire le malin »; Alice in Wonderland dans lequel il prête sa voix au Lapin McTwisp; puis dans The Special Relationship ou il retrouve une nouvelle fois la veste de Tony Blair, cette fois pour parler de sa relation particulière d’avec le Président des US Bill Clinton.

On a pu aussi le voir en guest star dans 30 Rock où il joue un love interest déjanté pour Liz Lemon.

En 2011, Michael s’embarque dans le projet fou de jouer The Passion à Port Talbot, sa ville de cœur, dans une production live dans la ville, faisant appel aux habitants comme figurants et partant vers plusieurs points significatifs de la cité. La « pièce » est jouée sur 72 heures, et est l’objet du documentaire The Gospel of Us sur la BBC.

Ensuite, on le voit dans Midnight in Paris; on l’entend dans « The Doctor’s Wife« , épisode de Doctor Who réalisé et scénarisé par son grand ami Neil Gaiman; et le revoit sortir les crocs dans Twilight: New Dawn parts 1 et 2.

En 2011 et 2012, il incarne le célèbre prince danois Hamlet à l’Old Vic Theatre de Londres. Sa prestation lui vaut les félicitations de nombreux critiques qui considèrent son travail comme « valant largement de se déplacer plusieurs centaines de kilomètres pour venir le voir ».

Pendant les deux années qui suivent, il retrouve Tina Fey dans Admission; puis rejoint Carey Mulligan dans Far from the Madding Crowd.

Entre 2013 et 2016, il interprète Bill Masters, controversé gynécologue et scientifique, dans la série sulfureuse Masters of Sex.

Récemment, on l’a vu dans Nocturnal Animals; Passengers; Alice through the Looking Glass ou encore Home Again.

Temptation accomplished!

Mais Michael sera sans aucun doute marqué par l’année 2019, année où est diffusée la série Good Omens, scénarisée une fois encore par Neil Gaiman, dans laquelle il incarne l’ange Aziraphale.

Il a découvert le roman à sa sortie en 1991, lorsqu’il n’a encore que 20 ans. Fortement marqué par ce livre qu’il considère comme l’un de ses préférés, il ne rêve que d’une chose: jouer Zira. C’est chose faite lorsque Gaiman tient la promesse faite à son ami et coauteur Terry Pratchett avant sa mort.

Michael a l’occasion alors de jouer aux côtés de David Tennant, acteur qu’il connait depuis longtemps mais avec qui il n’a jamais pu jouer. L’alchimie entre les deux est palpable, et après la première diffusion, les fans commencent à inonder l’acteur gallois de questions sur ses choix dans la série.

Dans un move inédit, Michael assume alors le choix de jouer un Aziraphale totalement et irrémédiablement amoureux du Crowley de David. Neil Gaiman suit en annonçant que Good Omens a toujours été une histoire d’amour. Et depuis, l’un comme l’autre se font les avocats des LGTBQ+ sur Twitter et autres réseaux sociaux. ❤

Look at these idiots:

cuties

Et la personne, alors?

Sur le côté, Michael est membre/président de plusieurs associations caritatives.

Côté cœur, il a été en couple avec Kate Beckinsale pendant 8 ans. Ils ont une fille née en 1999, Lily. Kate est celle qui lui a obtenu le rôle de Lucian dans Underworld. Pendant le tournage, cependant, elle tombe amoureuse de Len Wiseman, le réalisateur, ce qui signe leur séparation. Toujours très amis, pourtant, on peut souvent les voir se promener ensemble avec leur fille ou seuls. Ils ont avoué l’un comme l’autre ne pas souhaiter se perdre de vue.

Michael a annoncé le 17 juillet dernier que sa compagne Anna était enceinte. Il s’agira de son deuxième enfant.

Comment ne pas craquer?

Alors, Michael Sheen… Que dire de lui qui n’ait pas encore transpiré dans cet article dix fois trop long? XD

Je me souviens avoir rencontré cet enfoiré, toutes boucles au vent, dans l’un de mes films préférés et pourtant mal-aimé, Timeline. Puis dans Underworld. Je me souviens aussi très précisément être tombée sous le charme de cette voix qui coule comme du chocolat chaud, desdites bouclettes, et surtout, du suscité PUTAIN DE NEZ EN TROMPETTE.

On ne m’aura jamais vue aussi obsédée par un appendice nasal, et je doute que ça m’arrive encore. Mais dès que je le vois de profil, je n’ai qu’une envie: faire glisser mon doigt sur ce putain de nez. Voilà.

Mais outre le sex-appeal indéniable du monsieur, il y a aussi et surtout le talent. Un talent particulier, que je ne retrouve chez personne d’autre: celui de jouer avec tout son être. Car quand on regarde Michael interpréter un rôle, il n’y a pas que son visage qui joue, loin de là.

Pour ne citer que ce rôle-là, je vous invite à regarder son Néron, juste extraordinaire de physicalité et ahurissant de justesse. S’il y avait plus fort que l’émoji ❤ , croyez bien que je l’utiliserais. XD

Bref, je conclurai en disant que je suis bien heureuse que plus de gens découvrent Michael grâce à Zira (mon bébé, PROTECT HIM!), car il est de ceux qui n’ont jamais fauté à mes yeux. Ja-mais. ❤ ❤ ❤ ❤

Le mot de la fin à ces deux imbéciles:

WHAT HAS HAPPENED TO YOUR HAIR??? XD *dead*

2 réflexions sur “What’s your name? Michael Sheen

  1. juneandcie dit :

    A reblogué ceci sur June & Cieet a ajouté:
    C’est l’ange le plus adorable que l’on pouvait espérer pour nous accompagner dans l’Apocalypse. Pourtant, avec « cette voix qui coule comme du chocolat chaud » (comme dirait Bigre) il nous a fait souvent fondre en incarnant des vilains.
    Il est le Aziraphale rêvé de mon Crowley. Le Prime Minister de ma Queen. Mais il a été bien plus que ça encore dans ses nombreuses vies sur les planches ou à l’écran.
    Acteur incontestablement doté d’un divin talent, il a , à l’écran comme à la ville, ce charisme vibrant qui fascine et caractérise les plus grands.
    Mais je m’emballe et il est temps de laisser la parole à Bigre qui nous en fait le plus beau des portraits.
    Have you Michael Sheen ?

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s