Le Marvel: 3:1: Captain America: Civil War (Ciné)

Hello les Bigronautes!

On continue les investigations marveliennes ce mois-ci avec un opus qui a définitivement fait entrer Marvel dans le panthéon des films qui, oui, arrivent à rassembler trouzmille super-héros et à quand même faire de la psychologie. Wow.

Si, pour une raison ou pour une autre, vous préférez ne pas vous spoiler l’intrigue du film, c’est par ici. Pour ceux qui l’ont vu et souhaitent se remettre dans le bain, on continue la lecture tranquille, mais là, ça spoile! 😉

Synopsis

Après un incident parmi tant d’autres, les Avengers sont contraints et forcés de signer un acte les limitant dans leurs droits. Deux factions se forment autour de leurs leaders respectifs: Tony Stark, fatigué de voir des civils mourir en dommages collatéraux; et Steve Rogers, dont le meilleur ami Bucky Barnes est accusé à tort et recherché mort ou vif…

a1

That fucking Captain…

Replongeons-nous un instant dans le contexte: lorsque Civil War est sorti, l’avis majoritairement ressenti en sortant des salles obscures fut « Pourquoi ils ne l’ont pas appelé Avengers 3 plutôt? ». Pour ma part, j’étais d’avis de l’appeler Iron Man 4 mais on n’a pas voulu. 😛

Car pour un Captain America, le moins que l’on puisse dire, c’est que le Cap en question en prend plein les miches. Bien sûr, il a toujours ses fans et, encore aujourd’hui, les #TeamCap et #TeamIronMan se déchirent sur les réseaux sociaux.

Moi, évidemment, j’étais Team Iron Man. Je n’ai jamais réussi à saquer cet imbécile en collants bleus tout lisse et tout parfait, tellement parfait qu’il en devenait hyper agaçant. Sauf qu’ici (emploi de l’imparfait oblige), sa carapace de gendre idéal est pas mal écorchée.

Imaginez-vous: le Captain héroïque qui a sauvé le monde tant de fois ne passe pas à côté de pertes collatérales parce que, je cite, « nous sommes en guerre ». Alors certes, Steve a été élevé avec le souvenir de la Grande Guerre et son personnage s’est forgé pendant la Seconde, mais il n’empêche qu’au jour d’aujourd’hui, les pertes civiles devraient plus l’affecter que cela.

Ensuite, il délaisse ses amis, ses collègues, ses poulains aussi dans certains cas, pour partir à la rescousse de son meilleur ami, quitte à en tuer quelques uns au passage s’il avait pu parce que, là encore, « on est en guerre ». Contre qui Steve? Contre Tony, qui souhaite juste te faire arrêter tes bêtises avant qu’il ne soit trop tard?

a3

J’ai franchement regretté cette césure entre les deux groupes, dont certains membres ne comprenaient sérieusement pas les enjeux de cette bagarre. Preuve en est Ant-Man, qui se bat aux côtés de Cap juste parce qu’il est fan. Je ne me souviens pas qu’on lui ai expliqué tout…

Et que dire de Clint, qui demande à Natasha en plein combat s’ils restent malgré tout amis? N’est-ce pas une preuve que ces chamailleries n’ont ni queue ni tête?

Bref, lorsque Tony reçoit la lettre de Steve à la fin du film lui disant qu’il reste son ami et que s’il a besoin il n’a qu’à demander, j’ai grogné et espéré de toutes mes forces que mon Step-Daddy chéri ne l’envoie bouler.

Mais ça, c’est aussi à cause de Endgame qui a cassé à tout jamais le peu de respect que je pouvais avoir envers Steve. Non. Ce type mérite qu’on l’assomme, qu’on lui arrache les membres et lui fourre son putain de bouclier là où je pense. UN FILM ENTIER à protéger Bucky, pour ensuite le dénigrer de la sorte? Fuck you. 😡

a4

Hello Dad…

Au niveau des additions au casting, j’ai été contente de revoir William Hurt en General Ross bien que cela aurait été bien plus intrigant de le voir interagir avec le nouveau Banner (radicalement différent de celui d’Edward Norton que Hurt connaissait); Martin Freeman en agent de la C.I.A. aura un bien meilleur rôle dans Black Panther; et ledit Black Panther qui a déjà démontré par ses quelques scènes qu’il était un personnage à garder.

Oui, car T’Challa et Peter Parker sont définitivement là pour rester. D’un côté le leader félin et badass; de l’autre l’adolescent enthousiaste qui fait des erreurs mais on lui pardonne. Chacun des deux prouvera d’ailleurs par la suite que le casting de Chadwick Boseman et Tom Holland était un coup de génie.

Bref, que dire de plus sur Civil War, à part qu’il aura cassé les codes, les cœurs et les corps, et qu’après lui, rien ne sera plus jamais le même…et c’est tant mieux?

Note: 8/10 (scénario: 7/10 – jeu: 9/10 – BO: 7/10 (moins jouissive que sur les Avengers ou les Iron Man…) – super-buddy-heroes movie: 9/10)

a2

3 commentaires sur “Le Marvel: 3:1: Captain America: Civil War (Ciné)

  1. Ça fait un moment que j’ai un peu lâcher Marvel (il me manque pas mal de films au compteur des visionnages) mais je suis entièrement d’accord en ce qui concerne Tom Holland et Chadwick Boseman – la qualité des films étant aussi clairement au rdv ! 🙂

    J'aime

  2. Ping : Le Marvel: 3:4: Spider-Man: Homecoming (Ciné) – Bigreblog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :