Birds of Prey (The Fantabulous emancipation of Harley Quinn) (Ciné)

Bonjour les gens!

De retour avec un article ciné, pour ne pas changer, je vous avais prévenus que j’en avais en attente! 😛 Aujourd’hui, retour chez les super-héros et un film solo qui aurait mieux fait de rester dans les tiroirs, mais décidément, ce DCEU ne vaut pas grand-chose… :/

On parle de Birds of Prey, et je ne spoile rien!

Synopsis

Quelques années après avoir arrêté les plans machiavéliques de l’Enchanteresse, Harley Quinn se retrouve célibataire. Sans repères, sans Mister J, elle décide de tracer son chemin et de prouver à tous qu’elle fonctionne très bien sans son ex!

a3

Harley sans le Queen

Le DCEU, malheureusement, n’apprend pas de ses erreurs. Les mêmes erreurs, encore et encore, sauf, miracle de la création peut-être, quand il s’agit de Wonder Woman. L’une de ces erreurs majeures, c’est cette tendance à hyper tout le monde, présenter une bande-annonce super aguichante avec un scénario super moderne et des personnages trop cool……pour se planter en beauté.

Birds of Prey est encore une fois la…proie (pun intended) de cette erreur récurrente. Car si Harley, en effet, fonctionne très bien sans son Joker (qui, je vous le rappelle, est Jared Leto dans le pire rôle de sa vie), elle ne fonctionne pourtant pas très bien seule. Un personnage qui, sur papier, dans les comics et les dessins animés, est extraordinairement complexe, drôle, violent, méchant mais aussi bizarrement sensible.

Ici? On nous montre limite une anti-héroïne complètement à la ramasse, tellement, en fait, que ça en devient risible. Et cette fable censée être féministe (quelle femme a besoin d’un homme?) se mute alors en blague pourrie.

a2

Et que dire de ces personnages secondaires, eux aussi, méga intéressants sur papier, mais présentés comme s’ils n’étaient que de passage dans un jeu vidéo?

En gros, si je devais résumer mon visionnage, je crierais un grand: WHAT. THE. FUCK. DC???

Tout ça pour ça…

Pourtant, niveau casting, il y avait du lourd.

Margot Robbie en tête, qui joue extrêmement bien Harley (comme tout ce qu’elle incarne de toute manière), mais qui est totalement desservie par le scénario. Vivement The Suicide Squad, parce que s’il existe UNE personne en qui j’ai confiance pour redresser la barre, c’est bien James Gunn.

Ewan McGregor, ensuite, qui aurait pu être l’un des méchants les plus charismatiques de l’Univers (il l’a prouvé dans Angels and Demons par exemple), mais dont le Roman Sionis est en mousse polyuréthane dégueulasse. 😡

DSC_6480.dng

Parmi les autres pseudo-badass women, on a, dans le désordre: Mary Elizabeth Winstead; Jurnee Smollett-Bell; ou encore Rosie Perez.

En résumé, Birds of Prey est, comme les films du même univers qui ont précédé, un gros pavé dans la mare… Dommage…

Note: 5/10 (scénario: 3/10jeu: 5/10 (pauvre Margot…)BO: 7/10 (le seul bon point? sans doute)DCEU: 5/10 (y a pire, mais y a mieux))

a1

Un commentaire sur “Birds of Prey (The Fantabulous emancipation of Harley Quinn) (Ciné)

  1. Ping : La review des films: 2020 (Ciné) – Bigreblog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :