Captain Marvel (Ciné)

Bonjour la blogo!

Une semaine et des poussières après être allée le voir au cinéma, parce qu’il me fallait bien ça pour prendre du recul, me voici avec la review du dernier Marvel en date. Un Marvel censé nous faire oublier Thanos pour un temps, et nous présenter celle qui est supposée tous nous sauver les miches.

Vous allez voir que je ne suis pas tout à fait d’accord avec ces deux affirmations. 😛

Allez, on parle Captain Marvel, le tout, sans spoil! 😉

Synopsis

1995. Sur Hala, la planète-capitale des Kree, Vers se prépare pour une mission de la plus haute importance, sauver un agent infiltré sur une planète hostile. Là, rien ne se passe comme prévu et Vers, après une rencontre malencontreuse avec les Skrulls, ennemis héréditaires des siens, tombe sur la planète nommée Terre…

a2

Once upon a time in the nineties

Mettons direct les pieds dans le plat: si vous connaissez le personnage de Captain Marvel et/ou si vous avez regardé les diverses bande-annonces, ce synopsis peut paraitre complètement WTF. Et c’est compréhensible, parce que Marvel a pris le parti de commencer le film directement dans le vif du sujet, ce qui m’a, honnêtement, perdue pendant les dix premières minutes.

Manière finalement de dérouter le spectateur avant de donner un peu plus de back story à son personnage principal, qui n’a soudainement plus le nom qu’on lui connaissait… :/

Néanmoins, le film fait excellemment bien son job. Des séquences magnifiques au niveau des effets spéciaux, un rajeunissement de l’un de ses personnages principaux très réussi (l’autre un peu moins), et surtout, une héroïne pas nunuche pour un sou, qui n’hésite pas à montrer qu’elle est plus badass que la plupart des mâles avec qui elle évolue.

Car oui, Captain Marvel est aussi féministe que Black Panther, voire plus. Ici, pas de chichis. Vers est puissante, super puissante, mais personne n’hésite à lui mettre des gnons. Elle est aussi très chiante par moment (son côté Kree sans doute), et si elle vous parait émotionnellement insipide, tout s’explique. 😛

a3

I feel the need, the need…to purr…

Par contre, il est une autre chose indéniable, c’est que tous les humains (et aliens d’ailleurs) se font allègrement voler la vedette par le compagnon à quatre pattes de Vers, un chat roux nommé Goose…oui, comme le Goose de Top Gun, d’où le pun de mon intertitre. 😛

Ce chat, qui sert l’intrigue au contraire d’autres félins compagnons de héros de films d’action, n’est pas que mignon, et non, il ne sert pas que de comic relief. Mais je vous laisse découvrir par vous-mêmes pourquoi il a tiré toute la couverture à lui.

J’en profite aussi pour signaler un plot-twist que je n’ai pas vu venir (vu mon passé de lectrice des comics) mais qui m’a fait extrêmement plaisir, et un hommage tout en douceur au regretté Stan Lee.

Quant aux séquences post-générique….elles ne font que raviver une douleur encore trop présente… 😥

En fait, les deux seules choses qui m’ont fortement embêtée sont le fait que les nineties sont sous-utilisées (seules quelques références à des objets/films de cette décennie), sans doute pour ne pas perdre les plus jeunes de la salle qui n’ont pas connu ce temps-là (genre, je suis née en 1991 et je me fais me sentir vieille toute seule, c’est génial), et ce alors que Guardians présente les années 80 et tout le monde s’en fout (les ventes de Walkman ont même repris, pour vous dire…); et le fait que, selon moi, Captain Marvel aurait dû être présentée bien plus tôt dans le Marvelverse. Pourquoi? Tout simplement parce que pas mal des intrigues du film, pourtant faisant référence aux autres, sont bâclées ou juste citées pour le fun. Rien n’est vraiment abouti, et la sorte de cet opus un peu plus d’un mois avant le suivant le pose question… :/

His name is Ben

Parlons casting, donc.

Aux commandes du film, une Brie Larson que j’ai découverte ici et qui a l’œil pétillant des filles marrantes. Dommage que son personnage le soit moins qu’elle. 😛

Elle est secondée pendant la grande majorité de ses aventures terranniennes par Nick Fury avec 25 ans de moins et un œil en plus, le terriblement bien rajeuni Samuel L. Jackson qui a dû sérieusement kiffer avoir plus à faire que d’habitude.

(Apparition aussi moins réussie mais tout aussi jouissive de Coulson, qui me manque…)

Chez les Kree, Vers est entourée de Yon-Rogg, son mentor, incarné par mon amour Jude Law (merci première scène de nous montrer l’étendue de la sexitude du monsieur, d’ailleurs); Minn-Erva, une Gemma Chan trop peu présente à mon gout; et Mar-Vell, une Annette Benning en grande forme! 🙂

a4

Chez les Skrulls, personne d’autre à noter que le sublimissime Ben Mendelsohn qui incarne Talos. J’adore cet acteur qui n’est que trop souvent utilisé pour jouer des méchants insipides et sans aucun relief. Alors le moins que l’on puisse dire, c’est que je suis contente qu’on lui ai offert un rôle à sa mesure 😀

a5

Dans le reste du cast, je citerai en vrac Lee Pace et Djimon Hounsou (en cameo presque et en antécédent de leur apparition dans Guardians of the Galaxy); ou encore Lashana Lynch.

Bref, Captain Marvel est un film bien nineties même si pas assez à mon gout, très bon, avec parfois des défauts et qui aurait sans doute dû être programmé plus tôt dans la Phase 3. Mais un très bon film Marvel quand même. 😉

Note: 7,5/10 (scénario: 8/10jeu: 7/10BO: 8/10adaptation: 7/10)

a1

2 commentaires sur “Captain Marvel (Ciné)

  1. Ping : Le Film de la Semaine: mars – Bigreblog

  2. Ping : La review des films: 2019 (Ciné) – Bigreblog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :