Emma (Ciné)

Bien le bonjour chers Bigronautes!

Aujourd’hui, je vous propose de sortir robes style empire, prononciation au poil et danses de circonstances, car nous allons plonger dans l’univers merveilleux de Jane Austen et de la dernière adaptation en date de l’un de ses romans: Emma!

Je ne spoile rien si vous ne connaissez pas l’histoire, mais je vous préviens, je vais m’enthousiasmer comme jamais! 😀

Synopsis

Emma Woodhouse est une jeune femme cultivée, riche et extrêmement belle. Sa passion? Jouer les entremetteuses. Jusqu’ici, elle ne s’est jamais trompée. Et lorsqu’elle rencontre la jeune et naïve Harriet Smith, elle décide de frapper encore plus fort…

a1

Emma, the ultimate matchmaker

Emma est le roman de Jane Austen que, paradoxalement, j’ai toujours le moins apprécié lire. Parce que l’héroïne est détestable au possible, du moins au début. Arrogante, dédaigneuse, têtue et parfois cruelle, Emma Woodhouse n’est pas parfaite, loin de là. Mais Jane a toujours eu ce don d’écrire des personnages complexes et multifacettes, et bizarrement, Emma est donc devenu mon histoire de Austen préférée, lorsqu’adaptée à l’écran.

Nous avions donc eu, en 1996, le film avec Gwyneth Paltrow, celui avec lequel j’ai découvert Emma. Pas extraordinaire, il est même carrément la pire adaptation de toutes. 😛 En 1997, c’est une mini-série avec Kate Beckinsale et Mark Strong qui nous aura offert une histoire plus convaincante. Mais mon adaptation préférée restait sans aucun doute celle de 2009, la mini-série de la BBC avec Romola Garai et un certain Jonny Lee-Miller. 😉

J’avoue que je reste attachée à cette version, uniquement pour la cutitude absolue de JLM, mais cette nouvelle mouture les aura surpassées toutes à bien des égards.

D’abord, il y a énormément d’humour. Non pas que Jane Austen oublie ses moments de légèreté, elle excelle dans l’humour à l’anglaise. Mais outre Mr Elton, le comic relief par excellence, ici, on a aussi droit à un Mr Woodhouse délicieusement sarcastique, deux valets blasés au possible, et à énormément de plans qui tirent un sourire pas du tout forcé.

Ensuite, les personnages secondaires sont superbement écrits, sans qu’il y en ait un seul qui soit réellement mis au second-plan. Que ça soit le suscité Mr Woodhouse, Mr Weston, Miss Bates ou encore Mr Martin, on comprend tout de leurs motivations et de leur caractère.

Et enfin, mais ça, c’est inhérent au style du period drama: magnifiques décors, sublimes costumes, et la grammaire de ces gens……du caramel… ❤

Mr Knightley, l’élu?

Mais arrêtons-nous un moment sur Mr Knightley, le meilleur ami d’Emma. Tous les héros masculins de Jane sont différents les uns des autres, et si Mr Darcy de Pride and Prejudice est, étonnamment, le préféré de nombre de personnes, moi, c’est sans aucun doute Knightley qui me fait frémir… (Lui et Captain Wentworth, mais plus Knightley quand même. 😛 )

Résumons: voici ici un homme riche de haute famille, qui déteste sa richesse et l’immense maison qui va avec. Qui préfère faire de longues promenades dans la campagne plutôt qu’utiliser son carrosse. Qui lit énormément et qui est d’une intelligence rare. Et surtout, qui n’hésite jamais lorsqu’il faut recadrer Emma.

a4

C’est le seul personnage de toute l’histoire qui ose lui montrer qu’elle n’est pas parfaite. Qui lui expose ses défauts, ses moments d’idiotie, et qui la critique, mais toujours pour l’élever. Choisissant l’honnêteté plutôt que la flatterie.

Oh mais que je l’aime… ❤

Des BG, partout des BG…

Mais il est une chose indéniable, dans cette adaptation, c’est le nombre de belles têtes que nous a offertes le casting. 😉

Emma est donc incarnée par Anya Taylor-Joy, que je n’aime d’habitude pas du tout, mais qui tire bien son épingle du jeu et à qui le style edwardien va à merveille!

Son père, le merveilleux Mr Woodhouse, a quant à lui les traits de Bill Nighy, la légende, tordant de rire et superbe de tendresse. Je l’adore. ❤

a3

Mr Knightley, lui, est interprété par Johnny Flynn, déjà vu dans Les Misérables et bientôt dans Stardust, le biopic non-officiel sur David Bowie. Johnny est le demi-frère de Jerome Flynn, aka Bronn, avec qui il partage des yeux d’un bleu confondant. 😛

Parmi les autres, je vais citer Mia Goth, toute cute en Harriet Smith; Miranda Hart, parfaite en Miss Bates; Ruper Graves, comme toujours craquant, en Mr Weston; Connor Swindells (le Adam de Sex Ed) en Mr Martin; ou encore Tanya Reynolds (la Lily de Sex Ed) en Augusta.

Mais je ne pouvais pas terminer sans citer les deux plus beaux gosses du film, qui pourraient être frères et sur lesquels je craque sans distincition aucune: Josh O’Connor, hystérique en Mr Elton; et Callum Turner, mon Theseus d’amour, en Frank Churchill.

Ça fait du bien aux mirettes, tout ça! 😛

Bref, cette adaptation d’Emma est très réussie. Fraiche, drôle, bien écrite. Avec des moments de pur bonheur. ❤

Note: 8,75/10 (scénario: 8/10jeu: 9/10BO: 9/10 (damn, Johnny, damn)adaptation: 9/10)

a1

Un commentaire sur “Emma (Ciné)

  1. Ping : La review des films: 2020 (Ciné) – Bigreblog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :