Alice in Wonderland (Ciné)

Hello les gens!

Je vous arrive avec une review qui me tient particulièrement à cœur pour plusieurs raisons, et la première d’entre elles est que ce film dont nous allons parler aujourd’hui est un film du grand, du très grand Tim Burton.

Un film qui aura transposé sur grand écran un univers qui n’attendait que lui, celui d’Alice au pays des merveilles.

Alice in Wonderland, sans spoilers, c’est par ici! 🙂

Synopsis

Alice Kingsley a vécu une bonne partie de son enfance à rêver de lapin en gilet, de chats invisibles et de chenilles accros à la nicotine. Et le jour où sa mère décide de la fiancer à Hamish, un bon parti loin d’être son genre, Alice voit apparaitre le fameux Lapin Blanc…et s’empresse de le suivre à Wonderland, pays de ses rêves d’autrefois…

a1

Welcome to a world of Wonder

Alice in Wonderland est un dessin animé que tout fan de Disney a déjà vu au moins une fois dans son existence. Un film que, pour certains, nous n’aurons qu’une fois, tant il est…particulier…effrayant…totalement barré.

Petite, cette histoire me fascinait déjà. Un chat qui se rend invisible; un Chapelier qui chante sur les non-anniversaires; des roses peintes en rouge… La fantasy était née dans mon esprit. Et ça tombe bien.

En effet, Alice est l’une des premières héroïnes à avoir levé haut les couleurs de ce genre littéraire qui est né en partie grâce à son auteur, le génial Lewis Carroll. Et si vous aimez les jeux de mots et les récits qui n’ont ni queue ni tête, je vous conseille de lire cette pépite.

Le dialogue entre Alice et le Jabberwocky est particulièrement savoureux. Incompréhensible, mais savoureux.

Tim Burton, le grand réalisateur derrière d’autres pépites comme Edward Scissorhands ou encore Nightmare before Christmas, aura donc eu la science infuse lorsqu’il décida d’infuser, justement, sa patte loufoque à un univers déjà complètement barge.

La fusion des deux fonctionne terriblement bien. On retrouve l’esprit d’un Burton, mais aussi l’univers du dessin animé de notre enfance. Les personnages sont tous terriblement attachants (oui, même la Reine de Cœur), et les effets spéciaux ne vieillissent pas mal, pour autant qu’on s’accroche à l’idée d’être dans un univers parallèle. 😉

We’re all mad here…

Allez, parlons casting.

Alice aura eu le bon gout de révéler au grand public une jeune fille qui, par la suite, nous régalera de sa Jane Eyre et dans le très dark Crimson Peak, une Australienne à la voix toute douce du nom de Mia Wasikowska.

a1

Elle est secondée par un Chapelier Fou qui sied plus que bien à Johnny Depp. La douceur et la folie du personnage lui vont comme un gant, et il est juste…merveilleux.

Côté monde ‘réel’, Alice se promène avec, entre autres, Lindsay Duncan (Rome); Tim Pigott-Smith (V for Vendetta, Quantum of Solace…); ou encore Geraldine James (Sherlock Holmes).

Sous terre, ou plutôt plus loin qu’un trou de lapin, les humains ont les traits des géniaux Helena Bonham Carter (Harry Potter, The King’s Speech, The Crown…); Anne Hathaway (One Day, The Devil wears Prada…); et Crispin Glover (Back to the Future, Charlie’s Angels), qui avait franchement manqué à mes mirettes…

Côté voix, on a, en vrac (et dans un casting plus que parfait pour chacun): Alan Rickman (Harry Potter, Die Hard…) dans le rôle d’Absolem la chenille; Sir Christopher Lee (Lord of the Rings, Star Wars…) en Jabberwocky; Michael Sheen (Underworld, The Queen…) en Lapin Blanc; Paul Whitehouse (grand humoriste britannique devant l’Eternel) en Lièvre de Mars; Imelda Staunton (Harry Potter) en fleurs; ou encore Stephen Fry (Sherlock Holmes, Fry & Laurie…) en Cheshire, aka le Chat le plus tripant de l’Histoire…

Et je finirai cette critique en vous avouant avoir vu ce film 5 fois en salles obscures, pendant un voyage linguistique en Angleterre. Et j’y serais encore retournée si mon voyage n’avait pas pris fin… XD

Notes

Bigregirl: 9,25/10

Rotten Tomatoes: 5/10

Allôciné: 6/10

Note moyenne: 6,75/10

Bandes-annonces

Fiche technique

Titre: Alice in Wonderland

Réalisateur: Tim Burton

Scénaristes: Linda Woolverton

Producteurs: Richard D. Zanuck, Joe Roth, Suzanne Todd, Jennifer Todd

Société de production: Walt Disney Studios

Musique: Danny Elfman

Durée: 109 minutes

Rating: PG (interdit aux moins de 10 ans)

Langue originale: Anglais

Basé sur: Alice in Wonderland, de Lewis Carroll

Sources

Rotten Tomatoes

Allôciné

5 commentaires sur “Alice in Wonderland (Ciné)

  1. Ping : Ces voix qui m’enchantent: 1: en VO | Bigreblog

  2. Ping : On fait peau neuve! [3] | Bigreblog

  3. Ping : TFMA #105 « One hundred percent love… » – Bigreblog

  4. Ping : TFMA #210 « One hundred percent love…2.0. » – Bigreblog

  5. Ping : What’s your name? Michael Sheen – Bigreblog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :